Comment savoir si un site internet est fiable ?

site fiable

Publié le : 27 mai 20225 mins de lecture

Votre entreprise a besoin d’acheter en gros sur Internet ? Vous avez craqué sur un objet high-tech à prix cassé ? Un mail vous renvoie vers un site qui vous réclame vos coordonnées bancaires ou vos identifiants ? Attention : qu’il s’agisse de vous vendre un produit qui n’est pas aux normes ou de récupérer votre numéro de carte bleue, la toile regorge d’arnaqueurs en tout genre. Pour dormir sur vos deux oreilles, suivez le guide…

Employer un outil de vérification

Pour vérifier la fiabilité d’un site, quoi de mieux que de faire appel à ceux qui l’ont déjà fait ? Mais, vous le savez sans doute, les avis d’internautes sont faciles à falsifier. L’alternative la plus simple, c’est un outil d’analyse. Après qu’une arnaque sur un site ait failli lui coûter la vie, l’entrepreneur Laurent Amar a sollicité une équipe de chercheurs pour créer un algorithme capable d’analyser 127 critères de fiabilité. Pour s’en servir, c’est enfantin (et, bien sûr, gratuit) : il suffit d’entrer l’URL d’un site sur www.franceverif.fr, d’installer l’extension France Verif sur votre navigateur ou l’app du même nom sur votre smartphone. Des informations clés vous sont livrées, ainsi qu’une appréciation de la fiabilité du site et un comparatif des prix du produit ciblé.

Savoir à qui vous avez affaire

Assurez-vous qu’une entreprise se cache bien derrière un commerce en ligne, et que celle-ci est facilement identifiable et joignable. Pour cela, vous pouvez commencer par chercher les mentions légales du site Web. Elles devraient vous indiquer le numéro d’enregistrement de la société (pour la France : un SIRET) et les coordonnées du revendeur : téléphone et/ou email et, surtout, l’adresse physique du siège. Prenez aussi le temps de lire les conditions générales de vente (CGU). Si ces informations sont incomplètes, inhabituelles ou absentes, c’est qu’il y a anguille sous roche.

En ce cas, ou si l’entreprise est située en dehors de l’UE ou d’un partenaire commercial de confiance comme les États-Unis ou le Canada, prenez des précautions supplémentaires avant de sortir la carte bleue. En effet, vous n’aurez aucun recours en cas de problème. Vous pouvez aussi vérifier l’identité du propriétaire de l’URL sur Who.is et, tout simplement, voir ce que donne une recherche avec des mots clés du type « nom du site » + « arnaque » (ou, si vous êtes anglophone, « scam »).

Traquer les indices suspects

Avec un peu d’entraînement, on repère les indices suspects en un clin d’œil. Déjà, prenez garde à l’orthographe et à la qualité rédactionnelle du site. Si ça ressemble à du Google Translate ou qu’il y a une faute par phrase, c’est sans doute que vous n’avez pas affaire à un vrai commerçant. Les promotions improbables doivent également allumer vos signaux d’alarme. Si on vous propose un produit à 100 € avec 95 % de réduction, il est tout à fait possible que son prix ait toujours été de 5 €, mais qu’on vous appâte avec une offre imaginaire.

Prêtez aussi attention à l’URL, surtout si vous avez reçu un lien par email et qu’on vous demande ensuite d’entrer vos coordonnées bancaires ou votre mot de passe. Si l’adresse du site est, par exemple, Banquemutuelle.wordpress.com ou Mabanquemutuelle.to au lieu de l’authentique Banquemutuelle.fr, c’est que vous n’êtes pas à la Banque Mutuelle, mais chez quelqu’un qui a imité leur page Web pour vous dérober des informations.

Se méfier des connexions non sécurisées

Vous cliquez sur un lien et votre navigateur vous annonce que votre connexion n’est pas sécurisée ? C’est que le site que vous vous apprêtez à visiter ne respecte pas les normes de sûreté actuelles. D’une part, toutes les informations que vous entrerez seront vulnérables aux pirates. D’autre part, virus, chevaux de Troie et autres indésirables seront susceptibles de s’infiltrer dans votre ordinateur à des fins malicieuses. Bien sûr, il arrive que ce message s’affiche par erreur. S’il s’agit de votre blog de musique préféré, il est possible que tout se passe bien, mais si vous décidez d’y aller, c’est à vos risques et péril. Et en ce cas, ne remplissez aucun formulaire et ne livrez aucune donnée personnelle.

Si, par ailleurs, votre navigateur vous indique qu’il a bloqué des fenêtres pop-up intempestives, c’est mauvais signe. Et lorsque, comme expliqué plus haut, vous observerez l’URL, assurez-vous aussi qu’elle commence par un protocole sécurisé https://, et non un simple http:// qui, de nouveau, mettrait vos données et votre appareil en danger. Vous voilà rassuré ? N’hésitez pas à vous renseigner sur d’autres solutions numériques !

Plan du site